L’histoire de la mission

Les États-Unis maintiennent une présence officielle au Canada depuis 1883, lorsque le premier Consulat voit le jour à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Pendant les quarante prochaines années, une douzaine de missions semblables sont ouvertes à l’échelle de l’Amérique du Nord britannique, y compris une agence consulaire dirigée par William Patrick à Ottawa en 1866. Plus de soixante ans s’écoulent avant que l’accession du Canada à sa pleine souveraineté au sein du Commonwealth britannique ouvre la voie à des relations diplomatiques formelles entre les deux pays. William Phillips est le premier en 1927 à être nommé ministre des États-Unis au Canada. La légation des États-Unis à Ottawa devient une ambassade en 1943 en reconnaissance d’une politique étrangère canadienne de plus en plus indépendante et en vue d’accroître la coopération en temps de guerre.

L’ambassadeur des États-Unis au Canada est le représentant personnel du président dans la conduite des relations officielles entre les deux pays. Lorsque l’ambassadeur entame des négociations, inaugure une politique, prononce une allocution ou prend part à des cérémonies, il le fait au nom du président. Il veille également aux opérations des consulats des États-Unis à Halifax, Québec, Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver. En plus de l’ambassadeur, l’ambassade des États-Unis à Ottawa renferme à peu près 225 agents et membres du personnel. Des sections du département d’État au sein de l’ambassade traitent de questions politiques, économiques, consulaires, d’affaires publiques et administratives. Le personnel de quinze autres agences du gouvernement des États-Unis relève de l’autorité de l’ambassadeur et gère les relations en matière de commerce, d’agriculture, de douanes, d’immigration, d’application de la loi, de même que les relations militaires.

L’ambassade des États-Unis a joué un rôle clé dans les relations canado-américaines dans les sept dernières décennies. Voici quelques moments forts de ces relations bilatérales exceptionnellement productives : l’accord pour construire la Voie maritime du Saint-Laurent (1934), la mise en œuvre du Traité d’Ogdensburg (1940), l’établissement du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (1958), la négociation du Pacte de l’automobile (1965) et la conclusion des Accords sur la qualité de l’eau des Grands Lacs (1972 et 1978). Parmi les réalisations diplomatiques plus récentes, on trouve : la négociation des Accords de libre-échange entre les États-Unis et le Canada et nord-américain (1989 et 1993) et la signature d’un Accord sur le transport aérien entre les États-Unis d’Amérique et le Canada pour assouplir les restrictions sur les voyages par avion entre les deux pays (1995). En plus de gérer les relations bilatérales, l’ambassade a joué et continue à jouer un rôle important pour encourager la coopération canado-américaine dans des forums multilatéraux tels que les Nations Unies, l’Organisation des États américains (OEA), l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC). Elle intervient également pour faciliter les voyages de hauts responsables américains, dont neuf présidents.